Il est encore temps de s'inscrire !
Dernières places en admission post-bac
et en admission parallèle
#Interviews | 09/03/2016

Portrait de Frédéric Pelle, promo 1989 du CLCF

Portrait d'ancien élève de l'école de cinéma CLCF

Frédéric Pelle, promo 1989
Découvrez le portrait de Frédéric Pelle, producteur, scénariste et producteur !

Quelle formation as-tu suivi au CLCF ?

J'ai suivi la formation Assistant réalisateur en 1989, rue du Delta près de Barbès.

Pourquoi avoir choisi de suivre cette formation au CLCF ?

Je ne connaissais rien au cinéma, ni personne dans ce métier. J'étais juste très cinéphile.  Je venais de Bordeaux, à une époque où le cinéma était encore plus centralisé à Paris que maintenant. Je voulais donc savoir, et vite, si ce métier était fait pour moi. C'est pourquoi j'ai choisi le CLCF qui me permettait de suivre une formation en une année de cours (j'avais suivi la première année par correspondance) et surtout, qui me donnait la possibilité d'occuper plusieurs postes sur plusieurs courts-métrages, comme actuellement d'ailleurs. 

Quel est ton retour sur la formation suivie ?

Je dirai que je garde le souvenir du formation très pratique, efficace, concrète et je ne sais pas comment le tourner, mais il y avait une certaine forme d'humilité dans le message pédagogique qui me semble honnête et très adaptée à la réalité du milieu et du monde du travail. Personne ne m'a jamais dit que j'allais devenir un réalisateur vedette à la sortie du CLCF, mais plutôt qu'avec cette formation d'assistant réalisateur, j'aurai un acquis qui me permettrait de me débrouiller si je faisais les efforts nécessaires. C'est ce que je continue de transmettre aux étudiants. 

Quel a été ton parcours après le CLCF ?

En sortant de l'école j'ai tout de suite été engagé sur Fort Boyard (c'était le 1ère année de l'émission !). J'ai eu mon statut d'intermittent dans la foulée, ce qui m'a permis de m'attaquer à un projet de court-métarge que j'ai tourné en été 1990. 

Puis j'ai alterné pendant une quinzaine d'années entre des projets personnels et un travail comme assistant réalisateur puis réalisateur sur des émissions de télévision, notamment "La carte aux Trésors" sur France 3. J'ai aussi été assistant sur des courts-métrages puis sur "Les frères Gravet" , un long-métrage de René Féret, qui était un auteur-réalisateur-producteur. Il m'a donné le goût de l'indépendance, de la liberté.
J'ai donc crée une société de production en 1997, Bianca Films avec Pascal Lahmani, dans le but de produire nos films. Nous avons alors produit une trentaine de courts, docu, fiction, animation, puis mes 2 longs-métrages, "La tête ailleurs "en 1990 et "Le chant du merle" qui sort le 16 mars prochain.

Le chant du merle

Que fais-tu aujourd'hui ?

Je travaille à la sortie de mon film, qui me prend beaucoup de temps. Je suis dans une économie et un mode de production artisanal qui m'oblige à être présent à chaque étape du processus de fabrication du film, de l'écriture jusqu'au service après vente !

Parallèlement, j'ai remplacé depuis quelques années mon travail à la télévision par de l'enseignement. Au CLCF, j'encadre des films d'étudiants (2ème et 3ème année) et à l'Université de Lille 3, j'anime un atelier d'écriture et de réalisation auprès des étudiants de L3 et de Master. C'est très stimulant de côtoyer cette génération de futurs cinéastes. 

Quel souvenir gardes-tu de l'école ?

Une école sérieuse qui ne se prend pas au sérieux. Un message pédagogique clair que je peux résumer comme suit: Profitez VRAIMENT de votre présence au CLCF pour apprendre tous azymuths: des cours, des tournages (de tous les tournages, à tous les postes), de vos stages pour les plus motivés! 

Vous aurez alors une chance de trouver du travail comme stagiaire, puis assistant réalisateur (la formation qui est enseignée). Et puis peut être, si vraiment vous êtes déterminé, vous franchirez le pas de la réalisation. 

 

Quel rapport entretiens-tu avec l'école ?

Très bon ! J'encadre des films d'étudiants depuis une bonne dizaine d'années avec toujours autant d'enthousiasme. Il m'est arrivé aussi d'engager des stagiaires sur certaines de mes productions. 

Qu'est ce que le CLCF t'a apporté dans ta façon de travailler ?

La polyvalence sans aucun doute. Toucher à tous les métiers du cinéma (sur le plateau) permet d'avoir une vue d'ensemble indispensable pour être un bon assistant réalisateur mais aussi d'évaluer les contraintes techniques qui vont avoir des répercussions économiques, et là c'est le réalisateur/producteur qui parle. 

Enfin et surtout peut être, je suis frappé de constater comment l'exercice filmique, même d'une journée de tournage,  démontre de façon évidente que le cinéma est un sport d'équipe, qui demande beaucoup de rigueur, d'énergie et d'humilité. Et je trouve que ces valeurs sont encore aujourd'hui au coeur de l'enseignement dispensé au CLCF.

Retour aux actualités

Actualités similaires

#News

Le CLCF ne fait pas partie de la procédure Parcoursup !

Parcoursup a déjà rendu ses premiers résultats d’admissions et malheureusement certains vœux ont été refusés.

Que faire dans ces cas-là ? Postuler au CLCF et tentez votre chance puisque notre procédure d’admission s’effectue hors Parcoursup !

Medhy Soulas, promo 2017, CLCF
#Interviews

Medhy Soulas, promo 2017_en préparation de son prochain court-métrage

Diplômé de la promotion 2017 du CLCF, Medhy a travaillé à la déco puis en régie avant de se consacrer pleinement à son projet de court-métrage. Il crée Lostriver Production, une association de production cinématographique et de captation de concert, et se lance maintenant dans la recherche de financement pour son film.
#News

Festival Libres // Émois du Court Métrage et du Documentaire_un festival créé par des anciens du CLCF

L'appel à films pour la 1ère édition du Festival du Film Court et du Documentaire est ouvert jusqu'au 16 août !
Ce festival est le nouveau projet du collectif LIBRES // ÉMOIS, créé par des anciens étudiants de la promotion 2017 du CLCF.